Sailor Moon fut diffusée à la télévision à la grande époque du Club Dorothée. Comme toutes les séries qui eurent du succès à l’époque (DBZ, Saint Seiya entre autres), elle fut (et elle est encore) victime de nombreuses critiques assassines. C’est pour réagir à ces attaques que cet article est là, pour montrer que Sailor Moon, aussi bien la série TV que le manga mérite son succès ! Ne vous dites pas que j'ai perdu la tête : Sailor Moon est bel et bien une très bonne série ; lisez donc cette page (où j'ai repris les critiques les plus souvent faites à cette série, critiques auxquelles j'ai voulu répondre) pour renoncer un peu à vos préjugés ... 

« Pff, Sailor Moon, c’est rien qu’un Shôjo Manga, un pauvre manga pour filles !»

Eternal Sailor Moon ... La classe !Voilà donc la critique la plus basique et la plus ridicule. Certes, Sailor Moon, est, un Shôjo … Et alors ? Pourquoi est-ce que les garçons ne devrait lire que des Shonen, et les filles que des Shôjo ? C’est totalement réducteur ! Certes, en France, à l’époque du grand boum des mangas (vers 94-95), on a voulu simplifier la définition des Shônen Mangas et des Shôjo, en disant que les premiers étaient destinés aux garçons, et que les seconds s’adressaient aux filles. Or c’est une classification qui n’a pas de raison d’être ; il n’y a qu’à ouvrir par exemple le tome 14 de Fushigi Yugi de Yuu Watase pour s‘en convaincre. Ce manga est un pur « Shôjo » si je puis dire. Mais l’auteur s’adresse aussi bien à ces demoiselles qu’à ces messieurs ; en effet, elle s’étonne qu’un fan-club du manga ne soit composé que de filles. Cela montre bien que les Shôjo peuvent très bien s’adresser à tous !

Tant que tous les anime/mangas fans ne l‘auront pas compris, il sera difficile de faire ouvrir les yeux du grand public (et des médias de masse) sur la richesse des mangas.

Et, comme il était très pertinemment écrit dans l’édito du forum du tome 8 de Fushigi Yugi (un très bon manga édité par Tonkam, et qui bénéficié d’une adaptation française d’excellente qualité), «aimez quand vous avez besoin d’aimer, pleurer si cela vous fait du bien, et découvrez la vie à partir de vos expériences.» 

« Bon, OK, admettons, mais c’est toujours la même histoire dans Sailor Moon »

C’est vrai que le principe de base semble être toujours le même, à savoir :

Usagi contre Galaxia à la fin de Sailor StarsUn nouvel ennemi apparaît, il envoie ses sbires, ceux-ci sont défaits un par un, puis, c’est au tour du « grand méchant » de disparaître au terme d’un combat épique contre les guerrières de la Lune. Cet éternel retour est pourtant bien dans la philosophie de la série, puisqu’on nous explique dans le tome 18 du manga, qu’il ne peut pas en être autrement. De plus, à y regarder de plus près, on aperçoit des différences d’une partie à une autre de la série : dans la première (Sailor Moon), Usagi doit rechercher les 4 autres guerrières de la Lune et retrouver le cristal d’argent, dans la seconde (Sailor Moon R), Chibi-Usa apparaît, elle est la fille de Usagi venue afin de sauver son futur. Cette série marque aussi l’apparition de Sailor Pluton qui est une Senshi à part. Dans la troisième partie (Sailor Moon S), ce sont les trois dernières Senshi qui apparaissent (Uranus, Neptune, et la très sympathique Saturne) ; cette série est composée de moments «délicieux » (miam miam) avec la relation entre Michiru et Haruka. Dans la quatrième « série » (Sailor Moon SuperS), Chibi-Usa rencontre Hélios, qui devient son prince charmant.Les Outer Senshi [illustration de N.Takeuchi] Et, enfin, dans Sailor Stars, Mamoru disparaît très vite (et non, plus d’homme masqué pendant un petit moment !), de nouvelles guerrières apparaissent, et on apprend beaucoup de choses … Non, Sailor Moon n’est vraiment pas un manga répétitif. Et quand bien même on me dirait que la série TV l’est, je rétorquerais qu’au contraire, celle-ci nous fait entrer dans la vie des personnages, nous permet de mieux cerner leur psychologie, et leur évolution

« Mmmm… De toute façon, Sailor Moon n’est rien qu’une série commerciale, qui nous présente une suite d’aventures, mais aucune idée profonde ne s’en dégage… »

Faux, archi-faux. C’est marrant comme, depuis Evangelion, on cherche absolument des séries à partir desquelles on peut élaborer des théories sur tout et n’importe quoi. A la fin de Sailor Moon, il nous est bien proposé une explication concernant l’organisation du monde. Mais ce n’est pas là le thème récurrent de la série. Ce que défendent les Sailor Senshi, c’est un certain nombre de valeurs :

- l'Amitié : une constante tout au long de la série à travers l'amitié qui unit Usagi, Ami, Rei, Makoto et Minako ... Même si certaines tensions peuvent apparaître, elle reste plus forte que tout (voir les relations tumultueuses entre Usagi et Rei). L’amitié, c’est s’entraider, se soutenir. Ainsi, quand une des Senshi va mal, les autres sont là pour lui témoigner leur intérêt. ParChibi Usa rencontre Pégase exemple, dans l’épisode 109, quand Minako souffre d’être la seule fille du groupe à ne pas avoir été attaquée par les ennemis (je rappelle que, dans Sailor Moon S, être attaqué signifie qu‘on a le cœur pur), Usagi fera tout pour lui remonter le moral (avec peu de succès il est vrai, mais …). C’est grâce à l’amitié que les guerrières élimineront certains de leurs ennemis tandis qu’elles en feront douter d’autres. Par exemple, Néphrite (dans le DA), ou encore, le quatuor Amazone se rangeront du côté des guerrières après avoir été touchés par leur détermination.  

- le Pardon : jamais les guerrières ne cherchent à tuer un ennemi par vengeance. Ainsi, elles essaient toujours de convaincre leurs adversaires, même les plus vils de se rallier à leurs idées… Parfois, c’est une réussite (avec Néphrite, Saphir, ou le quatuor Amazone), parfois un échec. C’est d’ailleurs, l’un des gros points de désaccords avec les Outer Senshi tout au long de Sailor Moon S : celles-ci estiment qu’il faut tuer Hotaru parce que vit en elle, la déesse de la destruction. Mais Usagi refusera encore et toujours, préférant se prendre de plein fouet le World Shaking d’Uranus plutôt que de laisser mourir l’ami de Chibi-Usa. Finalement, Usagi n’aura pas agi pour rien puisque Hotaru, transformée en Sailor Saturne, se sacrifiera pour éliminer Demonix.

- la Générosité : Usagi et Chibi-Usa n'hésitent pas à inviter chez elles un peintre qui n'a rien mangé dans l‘épisode 152... De même, Rei n’hésite pas à prendre sous son aile une petite fille en pleine quête identitaire (épisode ), Chibi-Usa offre un livre à sa grande amie Hotaru juste pour lui faire plaisir.

- la Tolérance : tolérer la différence, toutes les différences : de la plus anodine (Ami est l’ « intellectuelle » du groupe, mais elle n'est pas pour autant mise à l'écart ; certes, Usagi, Rei, Michiru et Haruka Makoto ou Minako sont loin d'être préoccupées par leurs résultats scolaires, mais, au moins, elles respectent la décision de leur amie de beaucoup travailler ) aux différences moins "convenues".(la relation qu’entretiennent Haruka et Michiru est bien là pour nous le prouver ; à aucun moment, le lien qui les unit ne focalise réellement l‘attention des Inner Senshi ! Elles s'aiment, et c'est tout ... Le spectateur (ou le lecteur) se pose parfois des questions, mais, finalement, cet amour lui paraît naturel … Il n'y a pas à être heurté par cela, n'est-ce pas messieurs les censeurs ? [De plus, cette relation entre Uranus et Neptune nous est présentée avec tellement de talent qu’on ne peut qu’être admiratif devant le travail de Naoko Takeuchi et du réalisateur de la série TV … voir notamment les épisodes 110 et 111, qui sont, selon moi, les deux meilleurs jamais diffusés en France])

Des valeurs que certains ont tendance à oublier … La quatrième série est, si on y regarde de plus près, un plébiscite pour la défense de ses idées. De plus, elles n’éliminent jamais leurs adversaires de gaieté de cœur : maintes fois, elles ressentiront une certaine lassitude vis-à-vis de leur devoir de guerrière.

«Ouais, ouais, c'est bien gentil, mais ces filles sont trop parfaites pour qu‘on s‘intéresse à leurs aventures.»

Non, les guerrières de la Lune ne sont pas des stéréotypes. D'ailleurs, il n'y a qu'à regarder Usagi pour s'en convaincre : au début de la série, elle possède quasiment tous les défauts (pleurnicharde, gourmande, toujours en retard) et, peu à peu, elle va s'améliorer. Elle gagne en maturité peu à peu, par les différents évènements auxquels elle est confrontée : le premierSailor Uranus [épisode 110] tournant se déroule lorsqu’elle prend conscience de son rôle de guerrière puis lorsqu’elle se souvient de sa vie antérieure en tant que Princesse Sérénity. De même, la rencontre de Chibi-Usa (sa future fille) la responsabilise. Et c'est dans ces évolutions que réside l'un des plus gros intérêts de la série : les personnages sont "vivants", ils changent au fil des épisodes. Ainsi, Ami, qui était jusqu'alors tournée uniquement vers ses études va découvrir qu'il est aussi nécessaire de vivre (il suffit de regarder le générique de Sailor Stars pour s'en rendre compte : elle se cache derrière un livre pour ... manger une glace !), ou encore l'"Oedipe" de Chibi-Usa va être résolu avec l'apparition de Pégase/Hélios. C'est la même chose pour les Outer Senshi (que j’aime beaucoup). Ainsi, Haruka et Michiru vont devenir plus "humaines" à mesure que Sailor Moon S avance. Cette évolution est d'ailleurs bien retranscrite par l'épisode 109, quand, pour aider les Inner Senshi, elles dévoilent leur statut de Sailor : après coup, Haruka demande à Michiru si elle regrette sa décision, et cette dernière répond que non, qu'elle avait vraiment envie de les aider. Chose assez surprenante si on compare au début de Sailor Moon S où Sailor Uranus et Neptune vont jusqu'à se battre contre Sailor Moon. Setsuna, elle, est sans nul doute la plus mature du groupe ; Hotaru la meilleure preuve en est donnée dans Sailor Stars : c’est elle qui joue le rôle de mère pour Hotaru. Néanmoins, elle est certainement la plus mystérieuse des Senshi, peut-être à cause de son rôle de gardienne du temps. Quant à Hotaru, il est impossible de dire que c’est est un personnage basique, puisqu'en elle vit (tout au moins dans un premier temps), à la fois la réincarnation de Sailor Saturne, mais aussi celle de la prêtresse de Demonix. De plus, son évolution est particulièrement détaillée. Avant sa rencontre avec Chibi-Usa, elle était très introvertie, très solitaire. Elle avait souffert du comportement de ses camarades qui l’avaient rejetée après avoir découvert qu’elle possédait le pouvoir de guérir les yeux. Chibi-Usa, elle, est admirative devant ce pouvoir, et elle va devenir sa meilleure amie. A partir de ce moment, se développe en elle une certaine volonté de vivre qui se manifeste par le rejet de l‘autorité qu’exerce sur elle l‘une des assistantes de son père. Elle devient une fille qui s‘affirme, et cette affirmation trouve son apothéose au moment où elle doit combattre l‘esprit de la prêtresse de Demonix. Si elle prend le dessus sur cette dernière, c‘est bel et bien grâce à sa rencontre avec Chibi-Usa ....

Eternal Sailor Moon est mal en point contre GalaxiaEt cette caractéristique de la série de nous offrir des personnages "réels" se manifeste aussi chez les "méchants" : ceux-ci ne font pas le mal sans raison. Ainsi, la Reine Beryl hait viscéralement la princesse Sérénity parce que c'est cette dernière que le Prince Endymion aime (d’ailleurs, durant toute la première série TV, on est devant un modèle de tragédie grecque ; jamais, les deux amoureux [Usagi et Mamoru] ne peuvent s’embrasser, Sailor Mercury, Mars, Jupiter et Vénus se sacrifient pour leur amie au cours d’un épisode bien triste, et, à la fin de la série, les 5 Senshi et Mamoru ont, certes, ressuscité, mais ils ne se souviennent plus de rien … Tout est à refaire…). De même, le docteur William est manipulé par un démon qui a pris possession de son corps. En fait, dans toutes les séries de Sailor Moon, le « méchant » est soit poussé par une identité démoniaque (Beryl, Professeur Souichi Tomoe, Galaxia), soit assoiffé de vengeance (Beryl, Neherenia).

« Sailor Moon reste Sailor Moon ; c’est pas une série pareille qui réussira à m’émouvoir. »

Toutes ces critiques deviennent affligeantes … C’est la dernière ou il y en a encore beaucoup de bêtises comme ça ?

« Non, là, c’est la dernière… Mais serais-tu à cours d’argument ? »

Oh que non ! Pour commencer, je l’affirme, Sailor Moon est une série parfaitement réalisée qui arrive à nous faire croire que les personnages sont vivants … Si bien qu’on est « secoué » après avoir vu certains épisodes. L’avant-dernier et le dernier épisode de la première série font partie de ceux-ci. Voir les Senshi se sacrifier pour protéger leur princesse est poignant. Néanmoins, pour moi, les meilleurs épisodes, les épisodes les plus touchants sont, comme je l’ai déjà dit, les épisdes 110 et 111. L’épisode 110 est un modèle de mise en scène : il démarre avec une scène au bord d’une piscine où Michiru se baigne, et on sent tout de suite une ambiance pesante. Michiru et Haruka ont rêvé qu’un talisman allait apparaître. Ce qu’elles ne savent pas, c’est qu’en fait, ce Deux talismans devant les corps sans vie de Neptune et Uranus n’est pas un, mais les trois qui vont se manifester, et surtout, elles ne se doutent pas que chacune d’entre elle en possède un dans son cœur. Répondant à une « invitation » d’Eudial,  elles vont apprendre la dure vérité. Uranus refuse de le croire, mais Eudial s’apprête à lui retirer son cœur quand Neptune se précipite pour sauver son amie. Mais des flèches surgissent des murs, et la blessent (le côté dramatique est renforcée par le contraste des couleurs : on voit alors Neptune en ombre noire sur un fond rouge). Finalement, c’est le cœur de Neptune qu’Eudial fait apparaître en premier, et c’est bien un talisman ; Eudial s’éclipse un moment après avoir été « chassée » par Usagi … Uranus en profite alors pour faire apparaître son propre cœur, qui, lui aussi, renfermait un talisman. Des scènes particulièrement tragiques qui ne peuvent pas laisser indifférent !

 

« Euh … là, je ne sais plus quoi dire … Faudrait peut-être que j’y regarde de plus près » ; j’espère que c’est ce que penseront, après avoir lu cet article, les gens qui, jusqu’alors, critiquaient Sailor Moon à tort et à travers …

 Légers changements de chara-design dans Sailor Stars